Vous êtes ici :   Accueil » News
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
News
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 4 pages suivantesSuivantFin
Madère - Machico  -  par Gayel

Vendredi 11/09: Direction Madère. 40 miles. Vent mou, grand largue, ce qui permettra de mettre le spi. Petite moyenne de 4 nœuds avec aide motorisée de temps à autres. Passage entre les rochers de ponta da Gaviota avant de mouiller en face de la plage de galets noirs de Machico, 2eme ville plus peuplée de l'ile;

Un peu d'histoire (wikipedia) : Selon la légende, c'est ici que se seraient échoués, au XIVe siècle, un couple d'amoureux anglais, Robert Machim et Anne D'Arfet, qui avaient fui leur pays. Anne y serait morte de maladie et Robert se serait suicidé, ou aurait réussi à regagner les côtes marocaines, après avoir inhumé sa compagne sur place.

À son arrivée en 1419, le Portugais  aurait trouvé une croix gravée de leurs deux noms. Il fit construire à cet endroit lacapela dos Milagres (chapelle des Miracles), qui existe toujours après avoir été reconstruite plusieurs fois. Le nom de Machico proviendrait toutefois plus vraisemblablement d'un capitaine de Zarco ainsi nommé.

On trouve même dans cette ville une plage de sable jaune, importée du Maroc... et bordée de douche pour le plaisir des enfants.

Petite virée en ville et récupération de Tatie Annie, qui nous offrira le luxe d'une douche à son hôtel. Restau du soir, espoir, pour déguster un filet de Sabre, sauce maracuja et banane caramélisée. 

Samedi 12/09: Petites courses en ville après avoir retrouvé Annie à son hôtel. On y découvre l’église paroissiale de Machico, située sur la place de la Mairie. Elle remonte au XVe - début XVIe siècle et a gardé encore aujourd’hui ses caractéristiques primitives du gothique final et de l’époque manuéline.  Le Fort de São João Baptista, près du quai de Machico, stratégiquement situé en haut d’une falaise, a été construite sur l’ordre du Gouverneur de Madère, le capitaine général Duarte Sodré Pereira, en 1708. On l’appelle aussi Fort du Débarcadère car tout près débarquèrent les découvreurs de l’île. L’intérieur possède une chapelle néogothique dédiée au saint qui donne son nom à la forteresse. Il fut utilisé ces dernières années comme hôpital puis comme colonie de vacances des enfants du couvent de Santa Clara de Funchal.

Les enfants et Gaël restent au port, pour pêcher. Ils ramèneront quelques sardines groggy, échappées du bateau de pêche  qui vient de rentrer et qui rejette certains poissons par ses cales.

Dimanche :  Nous avons loué une voiture pour 4 jours, ce qui va nous permettre de faire le tour de l'ile.

                                                          

On commence par la partie est; de Machico à Santana. On passe par Porto da Cruz, puis la route longe la cote escarpée, par Faial, avec une boucle par Sao Roque da faial et cruzinhas. On ne cesse d'être admiratifs devant les vastes versants de montagnes érigés en terrasses cultivables (poios) ! Quel travail cela doit représenter!!! Ce n'est pas sans rappeler certains paysages d'Asie d'ailleurs..;

Cette partie de l'ile a vraiment un caractère subtropical et la flore ne cesse de nous étonner. C'est une errance entre avocatiers, manguiers, tulipiers, chênes, hêtres, frangipaniers, bananiers,  cane à sucre,  anonas cherimola (donnant les anones, sortes de fruit verts ressemblant vaguement aux corossols, en fait des pommes cannelles) etc..

Que de beaux fruits sur cette île!!! Un exemple de fruto delicioso (issu de la plante Monstera que nous avons dans nos maisons en décoration parfois) et de patate douce :

                                            

Bref, abondance et luxuriance...On a l'impression qu'il suffit de tendre la main pour cueillir toutes sortes de fruits délicieux, et exotiques (raisins, maracujas, papayes, bananes maracujas, ou encore un fruit du monstera deliciosa). Les paysages sont sublimes et les odeurs entêtantes.  Coté fleurs c'est la même diversité : lys, hortensias, agapanthes, fuchsias, strelitzias, bougainvilliers... et plein d'autres que l'on peut difficilement essayer de préserver chez nous, et qui, ici, s'épanouissent jusqu'à atteindre parfois des dimensions impressionnantes, attestant du climat chaud et humide de l'ile.

                                 ​

Une ballade en pleine foret primitive qui ravit les sens!                                                       

   Nous arrivons après avoir traversé les routes sinueuses bordées de tant de nuances de vert, à  Faial.  L’origine du nom de Fail provient de Faia, l’Hêtre en portugais, qui pousse en  abondance dans cette région.

Une fête bat son plein et nous assisterons à un concert de musique traditionnelle, puis quelques  danses costumées, devant une église très décorée.

Un des musiciens sur scène nous fait d'ailleurs beaucoup penser à roro...

Nous regrettons quelque peu de nous être arrêtés précédemment dans un restaurant avec une salle creusée dans un grotte, car, bien que le repas ayant été délicieux, nous aurions pu déguster les brochettes de viande locales : de gros morceaux de bœuf découpés presque sur la bête, devant nous et plantés sur une branche de laurier... un peu primitif pour les âmes sensibles mais tellement appétissant pour nous!!!

Nous repartons direction Santana, toujours en longeant la côte qui offre de multiples miradors impressionnants.

Nous passons devant les maisons traditionnelles aux toits de chaumes (palheiros) touchant le sol, si caractéristiques de la région de Santana. Elles dateraient du 16eme siècle et quelques unes sont encore habitées. . mais comme la paille doit être changée tous les 4 ans, les habitants la remplace malheureusement par de la tôle, et l’on ne trouve plus beaucoup d’anciennes maisons.

Nous descendons en empruntant un téléphérique sur la plage de la  réserve naturelle de Rocha do Navio. Elle est protégée depuis 1997 à cause de la pêche illégale aux explosifs qui a endommagé le lit de la mer et mis le fragile écosystème marin en danger. Aujourd’hui, cette zone est protégée et offre un paysage extraordinaire. Les bateaux sont autorisés, mais les filets de pêche ainsi que la pêche sous-marine sont interdits. Il y a des oiseaux de mer tels que le garajau commun et le Cagarra, et cet endroit pourrait constituer un habitat pour le retour des phoques moines. C'est une descente vertigineuse, offrant un point de vue impressionnant sur les chutes d'eau qui dévalent les parois.

En direction de ponta Delgada, la route devient étroite et passe parfois sous des tunnels. Impressionnants car en plus de l'exigüité de ces passages, l'eau ruisselle des hauteurs sur la route.

Couché de soleil sur Sao Vicente avant d'emprunter la route qui traverse Madère (constituée par une série de tunnels, rapides mais pas tres panoramiques) . retour au bateau... il est 22h30!!! Les journées sont longues et trop courtes à la fois!

lundi 14/09: En route pour le grand ouest. Bien moins impressionnant que la cote nord. Nous essayons d'aller faire un tour au musée des arts de Ribeira Brava, afin de donner un aperçu aux enfants des métiers et traditions locaux. Mais malheureusement... le musée est fermé le lundi. Nous aurons tout de même la chance de trouver une boutique de confection de chaussures  (bottines en cuir souple) traditionnelles. De multiples bananeraies  entourent la route.

Nous poursuivons la route qui offre parfois des panoramiques époustouflants... On voit les ilhas desertas très bien! Sur la route, nous avons l'impression d'être sur une piste de rallye!

Repas devant le port de Calheta (RAS de particulier, si ce n'est qu'à 13h, en étant resté moins de 30 mn, nous avons eut le temps de prendre un Pv de 4.4€....).  

En fait, plus on avance vers la point ouest, plus on se dit qu'il doit y avoir une multitude de microclimats sur cette ile. Chaque ravine semble cacher une flore différente.

Petit arrêt à Paul do Mar (oteix wink lol...) : ancien village de pêcheurs, où  les maisonnettes du bord de mer s'enlacent les unes entre les autres, laissant parfois place à de petites ruelles pavées menant à la mer.

On reprend la route sinueuse qui évolue maintenant plus dans les terres, passant par Faja Da ovelha, Achadas da Cruz etc..

On arrive ensuite à Porto Moniz et ses piscines d'eau de mer. Petite baignade tranquille en observant les éléments se déchainer à coté de la protection offerte par cette piscine.. On y croise par hasard Géraldine et Henri.

Retour par la route du plateau de Paul da Serra: un haut plateau entre 1400 et 1600m où les paysages ressemblent aux pâturages de chez nous.. et où les vaches errent sur les bord de route, sans enclave.

"Paùl" signifie non pas le prénom Paul mais «marécage» en portugais. Après les pluies hivernales, des dépressions se transforment en petits lacs, d'où naissent des fleuves de montagne qui descendent dans la vallée. Les levadas conduisent alors cette eau vers les terres cultivables. Dans ce paysage désolé et grandiose s'élèvent les éoliennes. Ces étendues recouvertes de mousse et de fougères servent de pâturage aux moutons et aux vaches... prioritaires sur la route !

La vue doit être magnifique.. mais pour l'instant, nous sommes au milieu des nuages... Sur la carte, cette route est censée rejoindre la route qui traverse Madere verticalement... mais en fait c'est un cul de sac, car la route ne semble plus entretenue et malgré les diverses panneaux voie sans issues et sens interdit, les éboulis de falaise ont raisons de l'obstination de notre chauffeur Gaël... Nous rebroussons chemin et redescendons vers  Canhas, au milieu d'une foret d'eucalyptus ayant récemment brulé à priori.

Repas au bateau de Lulas (pas assez cuites cette fois) et riz pilaf... et entorse pour Saskia.

Mercredi 15/09: Randonnée au programme. Nous avons prolongé la location de voiture, vu qu'un taxi pour 6 personnes, de Machico à Queimadas, nous aurait couté 90€ (prix d'ami!). Cette rando permettra d'observer quelques « Levadas ». Ce sont des canaux d'irrigation que l'on peut trouver sur l'île de Madère et sur l'île de La Palma, dans les Canaries.

Malheureusement pour Saskia qui s'est fait une entorse sur sa cheville non opérée... ce sera repos au bateau en espérant que les enfants ramènent de bien belles photos et histoires.

Belle ballade, en effet! 13 km le long des levadas dans la foret endémique, aussi appelée chaudron vert... petits chemins tortueux et étroits, parfois le long de pentes abruptes..

.

avec des traversées de tunnels...

La meilleure sortie d'après les enfants qui reviennent fatigués mais enchantés.L'instinct de chercheurs de champignon a même été comblé! 

Ce sera également l'occasion d'assister à la construction du toit en chaume d'une maison du parc.

Jeudi16/09: Funchal en voiture avec au programme le marché. Quelques photos de la journée....

Un peu déçus par le marché qui s'avére être un joli piege à touristes... Les maracujas (trafiqués car du sucre et des flaveurs y sont rajoutés) y sont vendus 20€ le kilo  quand les fruits de la passions normaux sont à 5€... 

Petite virée, pour continuer cette journée touristique, sur les hauts de Funchal afin de faire un tour de paniers en osier (carros de cesto).

Il s’agit en fait, du  moyen de transport t utilisé auparavant par les Madériens pour descendre les rues abruptes et étroites de l’île. Faites de bois et d’osier, ces  paniers  sont poussés par les Carreros de Monte (2 hommes équipés de chaussures traditionnelles dont les semelles sont faites de pneus recyclés) afin de dévaler  2km de pente (5-10min de descente)  entre l’église de Monte et le bas de la ville.

                         

      

 On travaille sur une mozaïque avec toutes les portes peintes de Funchal.... à venir donc...

Vendredi17/09: journée off, repos. Pluie matin. Plage aprés midi, aprés restaurant avec Martine et Annie pendant que Gael fait des deniéres courses.  Depart fin d'apres midi pour praia de abra, sao lorenzo mouillage, sous arc en ciel... une superbe lumière nous accompagne, que les photos auront bien du mal à restituer!.

            

Samedi: tour en annexe avec Géraldine et enfants pendant que gael et Henri partent en chasse sous marine. Beau temps. Apres midi : séance guitare avec François, capitaine du bateau Kiran + repas sur Tsaëlou.

       

  

C'est le jour de la fête de la mer. Des bateaux nous rejoignent dans la baie, musique  à fond et ponts bondés, genre boat people. 

  

Demain, dimanche, départ pour les canaries.(vers 15h30)

Publié le 27/09/2015 22:57  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
salut  -  par nath

Bonjour les amis, sympa de voir que vous faites de belle rencontre c'est sa les voyages !
Vous avez l'air de bien en profiter et en plus avec le soleil, sa va vos nuits sont pas trop longues entre chaque destinations.
En France ont respire un peu le soleil va pointer son nez tout le week-end sa va faire du bien. A bientôt biz nath et la famille

Publié le 26/09/2015 18:55  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Porto Santo (Suite)  -  par Gayel

Mardi 08/09  suite:  On commence par se diriger à l'ouest, longeant la magnifique plage de  sable fin qui borde l'ile.

      

Petite halte au Miradouro dos Florès: superbe belvédère sur Porto Santo d'un côté, sur l'ilôt de Ferro, Calheta et l'îlot de Baixo de l'autre. Par beau temps, on voit Madère à l'horizon à 45 km.

Du promontoire, on peut voir la fureur de l'océan face à l'ilôt, dont l'autre nom est "îlot du Calcaire". Les couleurs sont et la vue sont  à couper le souffle.  Pendant des siècles, on exploita, dans cet ilot,  le calcaire transformé en chaux dans l'un des nombreux fours en service à l'époque dans l'île. Compte tenu du caractère inhospitalier de l'îlot, on peut très bien s'imaginer la pénibilité du travail des ouvriers employés à l'extraction du calcaire.

 

Quand on regarde vers l'ilheu de Ferro, un peu plus au nord, la cote est plus découpée. On tente une excursion et découvrons, après un passage "version 4*4"le long des ravins, une magnifique crique avec plage de galets noirs (genre massage aux pierres chaudes garanti!). Baignade de nouveau.

 On prend après une piste en direction de Morenos. Un  coin pique-nique est aménagé sur la côte nord., avec barbecue etc...Le chemin est bordé de Cactus offrant des figues de barbarie que Gael cueillera précautionneusement avec des gants. On y trouve 2  sortes de figues : des rouges et des jaunes 

 

Nous repartons ensuite direction le nord de l'ile, Fonte da areia où il y avait la seule source d'eau douce de l'ile (qui ne se résume plus qu'à un petit bassin). Ce détour nous permet de graver le nom de Tsaëlou dans les roches friables bordant le chemin descendant vers cette source. Tsaëlou se mêle ainsi aux autres écritures qui recouvrent les parois par millier.

Nous poursuivons direction le centre de nouveau. La route traverse un immense golf (pure hérésie dans ce climat aride!!). Elle est neuve, bordée de trottoir parfait sans aucune habitations autour!

Tour du Pico do Facho, point culminant de l'ile. La cote nord est désertique, offrant des paysages lunaires. Abondance de perdrix et de lapins sauvages (très chamarrés contrairement  à nos garennes uniformes!).

Restaurant au bout de l'ile (calhau da serra de fora) où nous gouterons les Lapas (patelles locales). Gaël fera même un très mauvaise expérience avec un piment déguisé en tomate cerise jaune!!!!! Retour par les hauts du port, en passant devant les moulins à vent typiques de Portela.Construits en 1794, certains de ces moulins en bois, à voile portative, sont encore en action.

 D'ici on aperçoit toute la ville et la cote.

Mercredi 09/09: Restitution du vehicule et tour à villa Baleira. Plage l'après midi et peinture sur le mur des navigateurs, avec Géraldine. Les vagues font des rouleaux bien dangereux sur la plage, ce qui amuse beaucoup Titouan, qui ne se rend pas compte qu'elles l'amène vers la digue. En voulant le sortir, Saskia se fait ramasser  2  fois par les vagues tandis que mamoue y laissera ses lunettes de soleil.

        

        

Ci-dessus notre dessin, celui de CalicoJack et celui des enfants.

Jeudi 10/09: Nous quittons le port (de nouveau la clearance à faire). L'équipe portuaire vient juste de changer.. du coup, les tarifs sont différents (6.25 au mouillage au lieu de 10.83€ mais STW ne fonctionne plus)... bref, un sacré micmac (mais à notre avantage pour le coup!!).

Direction la plage de calheta de nouveau pour y mouiller le soir. Plongée avec masque et tuba pour tous. On apercevra des raies bouclées, des balistes, des poissons anges noirs et bleus, des daurades le tout sur fond sableux offrant une excellente visibilité.

Repas barbecue aves nos amis de Calico ( accras de morue et chiquetaille amenés par Géraldine et Henri, ainsi qu'un punch maracuja, puis poulet churasco avec patates à la cendre.. humm trop bon!). 

Publié le 25/09/2015 12:10  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Coucou  -  par Manoue

Très bon voyage à vous 4, cette expérience me parait plus que géniale! Je vous envie profitez à fond de tout ça et continuez à nous faire partager ces bons moments.

Bisous.

Manoue GARAULT

Publié le 19/09/2015 10:35  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Porto-Santo  -  par Gayel

Porto Santo: du 04/09 au..

Apres un repos bien mérité, nous partons pour  mouiller dans le port (10.8€ par jour pour notre bateau; mais donnant accès aux douches et à un Internet, fonctionnant plutôt bien).  Une houle de travers s'étant levée ainsi qu'un vent du Sud assez rare, le mouillage extérieur n'était pas très confortable...

Petite visite de la zone reliant le port à la plage... La plage, longue de 7km, est belle (comme indiquée sur les guides). Il doit y avoir 2 km avant de rejoindre le centre ville où se trouve la maison de Christophe Colomb (même si on n'est pas surs que ce soit vraiment la maison en question où a résidé le fameux navigateur...), une petite église paroissiale, toute discrète mais très mignonne, ainsi qu'une mairie du XVIeme siècle (le plus vieux bâtiment officiel de l'ile).

Porto Santo est la seconde île habitée de l'l'archipel Portuguais de Madère à cinquante kilomètres au nord-est de l'île principale. Elle est également surnommée « L'île Dorée » (en Portugais : Ilha Dourada) en raison de la couleur désertique de ses paysages et de sa longue plage de sable dorée.

 

Le long de la plage, une digue abrite les dessins de tous les navigateurs passant au port. Nous aussi, nous laisserons notre illustration... En attendant la photo, voici une speciale dédicace à nos amis de Vendée ;

Dimanche, ballade à vélo  avec Géraldine, sous la pluie, pendant que les enfants restent au bateau avec Gaël pour bricoler. C'est la St Pierre, et la place de l'église a été entièrement décorée: un chemin de fleur amène à l'église, tandis que des guirlandes ornent le ciel.  En voulant aller assister à une partie de la messe, pécheresses que nous sommes, nous nous arrêtons devant une petite cahute afin de gouter un punch local (aïe), quelques  queijadas et des moelas ( gésiers de poulet dans une sauce au vinho branco  avec du chorizo... trop bon!!). Nous y rencontrons, Pedro, un "journaliste" portant sa caméra et arborant son T shirt de TVilha. Légèrement imbibé de vin local, il nous parle en anglais, français et portugais. Belle prouesse vu les difficultés d'élocutions provoquées par l'alcool! Nous partageons un verre avant de repartir et de croiser la procession de St pierre.

 

La journée se termine sur Calico Jack. 3eme soirée à festoyer ensemble. Mamoue arrive par avion à Porto Santo, vers minuit. Apres une course en taxi (10 euros environ), elle nous retrouve sur le bateau et fait la connaissance de Geraldine et Henri. Gael et Henri ramènent les casiers posés la veille... et affrontent les éléments ...

  

Lundi, la journée est plus que maussade... mamoue et Gael vont faire un tour en ville pendant que les enfants et maman font devoirs et jeux sur Tsaelou. Soirée chez Poco loco, des français (Babeth et Jean claude, beaux parents d'Alix que gaël connaissait) de Normandie, où nous rencontrons également Gérard et Nicole (San maryann). Ils partent également aux Antilles et nous nous reverrons certainement. Soirée excellente tous ensemble, rejoints par l'équipage de Calico. Encore une belle rencontre.

Mardi: Nous louons une voiture (77€ la journée).  Pour info, une virée en taxi pour la visite de l'ile, dure 3h et coute 25€ par adulte. Nous choisissons la voiture afin d'aller à notre rythme.

à suivre....

Publié le 08/09/2015 13:10  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Portimao-Traversee vers Madère  -  par Gayel

Du 29/08 au 04/09: Portimao et la traversée pour Madère:

Départ pour portimao, histoire de faire un port avant de traverser, et peut être de voir Jacqueline, une copine de travail de saskia, qui vient tous les étés en Algarve. Nous devions nous voir à Faro, mais la météo et le timing ne nous permettra pas d'aller si loin.Dommage...

Nous longeons la cote, et sauvons une mouette, bloquée au milieu d'un circuit de jet-ski, et dont les ailes ne semblent plus vouloir voler...

Arrivée à Portimao. Nous allons jusqu'au fond du rio Arade, histoire de voir le port de pêche, de commerce et la rive est. Nous allons au port (53€ la nuit) afin de faire les pleins. Personne ne souhaite nous délester de madame notre mouette... pas de LPO à l'horizon donc nous la remettrons dans l'eau, un peu plue abritée...Bonne chance Mme!

Gael et Titouan font une virée en ville (assez loin) histoire d'aller acheter un canoë kayak gonflable, qui nous donnera plus de liberté au mouillage. Les filles font les lessives... les rôles ne changent pas trop.. wink.

Siminoe, catamaran dont nous avions parlé précédemment, se trouve être à l'entrée du rio, au mouillage. Nous nous rencontrons enfin. Le 31/08, direction le mouillage pour rejoindre Siminoe et Calico jack. Plage, baignade pour les enfants ravis d'avoir des copains français avec qui jouer (et qui du coup en oublieront le sac entier de jeux sur la plage...) Ce sera ensuite apéro tous ensemble sur la plage puis restaurant les pieds dans le sable. Trop bon cette soirée et à trés bientôt Siminoe!

    

Le 31/08, nous faisons route avec Calico Jack vers Sagres, histoire de longer la cote et de faire une nuit au mouillage avant les 4 jours prévus de traversée.

Départ le 01/09, après être allés faire un dernier ravitaillement avec Géraldine et Henri à Sagres.

On part vers 13h. Un bon vent est établi, 18/20 nœuds, qui nous permet d'avancer à 8 nœuds. De nouveau, des dauphins croisent notre route, vers 14h, au passage du cap St Vincent comme pour dire au revoir à l'Europe continentale.

Une journée et demi plus tard nous avions abattu 220 miles sur les 340.. soit une super moyenne d'environ 7,5knts. Beau temps, vent Largue ou Grand Largue. . La 1ère journée avec du vent nous est favorable par rapport à Calico, coté speedo. . Ils nous dépasseront dans la nuit avec le vent mollissant. L'embonpoint de Tsaëlou se ferait il ressentir???

Coté pèche; ils ouvrent le bal avec un calamar trouvé sur le pont.... Ewenn a pourtant appâté en restituant son repas du midi !!!?? On égalise quelques heures plus tard.. On ferre ensuite une bonite qui se décroche lors de la remontée (on avait vendu le sushi un peu tôt) du coup c'est Calico qui pêche une bonite l'instant d'après, puis une petite coryphène. Notre moral en prend un coup! Mais quelques heures plus tard une dorade coryphène monte enfin à bord ! A l'instant 1 petite bonite bien bleue que l'on ne peux pas confondre avec un maquereau cette fois !

Première nuit.... le vent est toujours là avec des rafales à 24/25 nœuds vers 5h. Nous avons d'ailleurs pris un riz mais Tsaëlou semble adorer ce temps!!! Le 02/09, Titouan aperçoit de nouveaux dauphins vers 11h45. Plus petits, tous gris et sautant tres haut... encore un beau spectacle. Gaël met le spi et nous avançons à 8 nœuds. La 2eme nuit est plus dure à encaisser.. la fatigue est vraiment le point faible de Saskia (et de Gaël aussi niveau humeur..). Le 03/09 le vent est bien tombé!! Du coup Calico est passé devant et nous mettons le moteur (les batteries sont assez faibles d'ailleurs). On change un peu l'organisation des quarts.

La nuit est magnifique de beauté (comme dirait Jean marc). Tsaelou laisse des étoiles dans son sillage et la voie lactée, de concert avec la lune, nous illumine...Dommage qu'on ne puisse éteindre le moteur. Nous arrivons au petit matin sur Porto Santo (L'ile au nord de Madère) vers 7h, après 68 heures de navigation (un peu éprouvant la nuit tout de même!).Pour les enfants, qui ont fait de bonnes nuits, c'est l'heure de goûter à l'eau qui avoisine les 25°...

  

Coté site internet, il nous sera plus difficile de le mettre à jour régulièrement... alors don't worry. Des que possible, on vous donne des news. Mamoue doit venir lundi, suivie ensuite par tatie Annie. On a hâte de les voir. Les enfants demandent même à réhabiliter leur salle de jeux, bibliothèque en chambre confortable pour leur mamoue. A très bientôt donc...

Publié le 04/09/2015 15:21  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
super  -  par nath

wouah super les dauphins, l'eau est magnifique sa donne envie de nager avec eux
biz

Publié le 02/09/2015 18:18  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Sagres Lagos Alvor  -  par Gayel

Du dimanche  23 au mardi 25: Sagres

Départ matinal (j'ai mal ...) pour avaler les 75 miles qui nous séparent du cap St Vincent et du prochain mouillage.  Gaël s'y colle. Pas trop de vent encore une fois, petite houle. Saskia se lève, un peu brassée. C'est l'occasion d'essayer un Sturgeon, médicament contre le mal de mer introuvable en France et acheté au Portugal. Même Titouan, jusqu'ici intouché par ce desagrément, répondra à l'appel du Taratoga, le poisson mange-vomit......

Vers  midi, alors que nous n'avions croisé aucun bateau avant, c'est l'heure de pointe. Et pas que pour les embarcations que nous croisons! Des bandes de dauphins chassent un peu au large du bateau. Encore un beau spectacle; ils sont plus petits cette fois, et sautent plus haut que leurs congénères du Sado.

Passage du cap St Vincent, non sans avoir admiré  la magnifique discordance hercynienne (ça claque, hein...??) des falaises. Il s'agit en fait de plissements de terrain, assez spectaculaires, dus aux transformations de la croûte terrestre au cours des différentes périodes de son évolution. Cela entraîne des canyons mais aussi des falaises comme celle que nous voyons, alternant des couches horizontales avec des plissements verticaux d'une autre couleur, dont on imagine la violence lors de leur création.  Le mieux c'est d'en mettre une photo...

 

 

On arrive au mouillage au pied du fort de Sagres, point de départ du nouveau monde et des cotes africaines. Henri le navigateur y avait établi une école de navigation au  15ème siècle. L'école était unique en Europe, et les plus célèbres Navigateurs, Géographes, physiciens, Astronomes... y sont venus.  La forteresse a été partiellement détruite à plusieurs reprises, par Drake et par le tremblement de terre de 1755. Partis  à vélo, nous l'avons visité le lundi. On y trouve parmi des bâtiments assez nouveaux (dû aux reconstructions successives)  les traces d'une ancienne rose des vents immense sur le sol, quelques canons antiques, une petite chapelle et le tout posé sur un grand plateau rocheux dominant la mer. La flore, adaptée à ce climat aride et océanique lutte pour s'y installer et perdurer. Cela donne un paysage impressionnant de végétation basse de type méditerranéenne , mêlant de l'ail sauvage (dont nous ferons une belle récolte), des lys sauvages.

  

D’un point de vue ornithologique, la zone est très également attractive pour l’observation des oiseaux migrateurs (en mer et sur terre).  Une grande construction circulaire est posée dans cet environnement, non loin du phare. A mi chemin entre œuvre d'art contemporain et incongruité pour touristes, ce labyrinthe rond permet d'entendre le souffle de la mer. A certains endroit, la mer creusant sous la falaise vers ce plateau, le son est amplifié et lorsque les vagues viennent, en bas, heurter les roches, c'est comme un souffle de dragon qui remonte  à nos pieds. Dommage que certains ai confondu l'endroit avec un urinoir géant... ce qui embaume l'atmosphère....

 

En repartant vers la ville, on peut également admirer d'en haut de magnifiques plages à surfeurs (petite dédicace à Roch,  Bertrand,  Charles, Cédric, Denis etc..).

 

En face du mouillage un petite crique, inaccessible par la terre s'offre à nous. Nous terminerons donc cette chaude journée par un petit bain (très) rafraîchissant et quelques sauts de rocher pour les enfants.

 

Mardi 25/08 - Mercredi 26/08 : Lagos et surtout Ponta Da Piedade.

Nous partons mardi matin, longeant la cote moitié au moteur, moitié à la voile en direction de Lagos.

 

Vers 13h nous trouvons une jolie plage, loin des rivages bondés de touristes,à Luz,  peu avant Lagos. Eau cristalline, sable fin au pied de falaises ocres (les plus hautes de l'Algarve) et de rocher noirs... Superbe. Quelques heures  à explorer les rochers, se baigner et lézarder sur cette plage, pendant que Gaël s'adonne à la plongée (visibilité réduite au fur et à mesure que l'on se rapproche du rivage).

 

Départ ensuite afin de trouver le mouillage du soir (espoir).  En croisant une horde de petit bateaux transportant moult touristes, on comprend que l'on arrive a Ponta da Piedade (qui signifie en portugais pointe de la compassion). C'est certainement le plus intéressant phénomène naturel de la côte de l’Algarve;  le littoral est constitué de falaises fortement soumises aux intempéries qui les ont érodées pour former des tunnels naturels et des grottes cachées. Les rochers de grès déformés contrastent avec la profondeur turquoise des eaux calmes et la région entière est d’une beauté à vous couper le souffle.

 

On appelle à la VHF le port de Lagos, pour savoir s'ils ont de la place et le tarif, afin de visiter les grottes le jour suivant. Et là, on nous annonce  36.7€ majoré de 100% vu que nous sommes sur un catamaran!!!! Un peu salée la note! Nous faisons donc demi tour et mouillons directement au pied des falaises, à coté d'un autre bateau français, nommé Calicot jack. C'est l'occasion, le soir, d'inviter nous nouveaux voisins à l'apéro. Nous faisons la connaissance de Géraldine et Henri, girondais expatriés à La Rochelle, et partis pour les Antilles, comme nous! Nous allons donc nous suivre...Petit clin d'oeil à Pierrick Layec au passage, qui avait parlé de notre "cata jaune un peu particulier" à nos nouveaux amis lorsqu'ils etaient venus à Voilerie service acheter une trinquette....Le monde est petit!

Première heure, mercredi :  Visite des grottes en annexe, afin d'éviter les canoës, paddles et autres embarcations motorisées qui pullulent  dés le milieu de matinée. Mais on comprend pourquoi!!! Que c'est beau!!! Un paysage constamment changeant en fonction des marées. Certaines plages sont même cachées, inaccessibles de mer comme de terre. Seule une vue aérienne nous les révèle!

        

En croisant un peu plus tard les taxis boat nous entendons certains des noms donnés à ces cathédrales de pierre et leurs formations. Nous passerons ainsi devant l'éléphant, devant certains géants de pierre aux visages divers, et certaines autres sculptures équivoques...

Encore une fois la faune y est originale: des multitudes d'oiseau ont pris possession de ces rochers. On trouvera même des pousses pied (dont nous nous régalerons grâce à une plongée de papa..pendant que le reste de la troupe  visitera la cote via la terre en passant devant le phare).

         

Décollage en fin de journée, direction Alvor et la lagune.

Du 26/08 au 28/08 : Alvor. Passage délicat à l'embouchure de la ria...où une multitude de kite-surfeurs s'entraîne à l'abri de la houle, profitant d'un vent soutenu. On arrive pleine marée basse... passage de la  1ère bouée verte avec 0.9m sous la coque, sans bien voir le cheminement exact du canal.... mais le chemin difficile amène à un endroit (encore) superbe: petit mouillage tranquille et paisible au milieu de la lagune. Nous y retrouvons d'ailleurs Géraldine et Henri. On essaye de mouiller proche du port, profitant d'un trou entre les nombreux bateaux hétéroclites, mais l'ancre n'accroche pas (fonds vaseux). C'est donc en amont, dans le chenal que nous poserons notre ancre.  Petite visite de la ville, mais comme il se fait tard, ce sera restaurant :  soupe de poisson délicieuse, lulinhas (petits calamars) pour papa et maman et hamburgers maison pour les enfants... (il n'y a rien à faire... c'est vraiment ce qu'ils préfèrent!).  Mousse au chocolat maison en dessert et cheesecake aux fruits rouges.

Le 27/08, Matinée plein d'eau en annexe pour papa (un ponton non loin nous permet de prendre une douche, tandis qu'au niveau du port de pêche les robinets nous servent à remplir les jerricans). Jeux dans l'eau et pêche à pied avec nos compatriotes. On y découvre les myes, sorte de grandes moules blanche des sables, qui s'enfoncent  à 30 cm dans le sable et ont tout des attributs masculins.... no comment. 

                 

Mais d'autre en ont des plus grosses !!!!

Quelques coques également. Nous dégusterons le tout sur le bateau de Géraldine et Henri, autour d'un petit verre de rhum bien mérité; On rentre à 2h du mat et, une fois les enfants couchés, on prolonge la soirée bien avancée par une pêche au lamparo.. vaine cette fois. Mais la nuit est splendide. Le vent est encore chaud et les étoiles nombreuses...

Le 28/08:  Réveil tardif + devoirs.

Pendant que nous descendons  à terre pour faire des courses, les enfants souhaitent rester à bord... ok donc (ce sera un peu un test). Apres avoir multiplié les consignes de sécurité, nous partons donc acheter de quoi manger. Nous arrivons un peu trop tard pour le marché... et devons nous rabattre vers Intermarché.  retour au bateau où tout s'est bien passé (les enfants ont mis la table pour nous.... car ils ont déjà mangé... d'ailleurs ils ne nous ont pas laissé de saucisses  que j'avais fait précuire au cas où!!! lol).

Apres un temps calme (car il fait vraiment chaud!!) ballade à pied. Visite de l'église et découverte dans un champ abandonné d'oliviers figuiers et amandiers. Géraldine nous en avait d'ailleurs parlé la veille. Mini récolte d'amandes et nous finissons par le paséo le long de la plage.  Mojito au bateau et soirée paella maison (en pensant à Marinette et David bien sûr) sur fond musical.... 

Publié le 29/08/2015 12:21  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Héhé !  -  par Manu

De bien belles images du Portugal....Pour tout vous dire, c'est là que Léia a été conçue...que de souvenirs Sintra...l'Algarve (Faro et Tavira)... De bien belles images en tout cas !!! Je vous passe le bonjour de Lich et de tous les amis du bad ! Bises à vous quatre et à bientot !

Publié le 25/08/2015 19:20  - 1 commentaire 1 commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Une pensée pour vous !  -  par Phophie79

coucou à vous !! magnifiques photos ! de belles découvertes ! et vous n 'etes pas seuls en mer puisque les dauphins vous accompagnent !! Bisous Bonne continuation pendant que d'autres reprennent le chemin du boulot !Sophie M

Publié le 25/08/2015 17:13  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 4 pages suivantesSuivantFin
Rubriques

Fermer Activité du site

Fermer Presse

Fermer Transat Retour

Fermer Messages Amis

Fermer BVI et grandes antilles

Fermer Antilles

Fermer Traversée Atlantique

Fermer Archipel du cap vert

Fermer Canaries

Fermer Archipel-de-Madere

Fermer Portugal

Fermer Archipel des Açores

Fermer Espagne

Fermer Préparatifs

Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
10-2018 Novembre 2018 12-2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

 
Vous êtes ici :   Accueil » News
 
 
Recherche
 
Document généré en 0.05 seconde