Vous êtes ici :   Accueil » News
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
News
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 4 pages suivantesSuivantFin
Gran Canaria  -  par Gayel

Départ, lundi pour Gran canaria avec un levé matinal (6h30) pour Gaël qui se colle à la navigation...début sous grain avec une pointe  à 9 nœuds puis moteur et petole. Dauphins vers 13h30 qui resteront 10 min avec nous. 

 Grande Canarie est parfois comparée à un continent en miniature en raison de la diversité de ses paysages et de ses climats. 

 Semaine sur Gran Canaria (du 13/10 au 20/10): Nous restons au mouillage  entre le port et la marina privée, assez prés de la plage. L'eau sent réellement mauvais et on y voit aussi bien que dans notre pertuis (si ce n'est qu'elle n'est pas marron mais verte)... bref, pour les bains tous les matins on repassera. Pour info, le mouillage est payant (le port envoie tous les matins une vedette de la police faire le tour des bateaux et relever leurs noms vers 8h) :3€ par jours mais cela donne accès à l'eau du port et au douches (moyennant une caution de 10€).

Surprise au mouillage, nous rencontrons une autre famille avec  3 enfants. Il s'agit de l'équipage du bateau BABA,  dont les capitaines sont Florence et Benoit, et les mouss Charlotte (12 ans), Thibaud (9 ans) et Arthur (6 ans).  Cette famille a fait le choix de vivre sur leur bateau depuis  7 ans et ont pas mal voyagé.  Coté scolaire, c'est le CNED qui les accompagne (et gratuitement... contrairement à nous, qui devions payer 700€ par enfant avec le CNED et la Vendée... vieille histoire ?!!??); Cette rencontre est encore un vrai plaisir... aussi bien pour les petits que les grands. Nous échangerons livres pour enfant,  recettes et idées, Florence faisant tout elle même, parfois comme une vraie chimiste (savons, pain dont elle moud la farine, dentifrice, produits en tout genre, etc..).  Grace à elle nous découvrirons le salmonejo (sorte de gaspacho plus épais, dont je mets la recette dans le coin des gourmands).

         

Petit condensé de la semaine: La location d'une voiture (22€, bon plan grâce à Benoit) nous permettra de visiter le centre et l'ouest de l'île. La route vers le centre monte peu à peu et la végétation est surprenante. Les dragonniers côtoient châtaigniers, figuiers, amandiers et citronniers...La petite récolte de châtaignes en plein mois d'octobre, comme à la maison, sera d'ailleurs bien sympathique.

De village en village on arrive, presque sans avoir l'impression de monter aussi haut, au roque Nublo (symbole de Gran canaria) et Bentayga (sommets de l'ile).

On pourrait presque se prendre pour des astronautes ayant traversé une mer de nuages avant de la surplomber. On essaiera un arrêt randonnée pour le 1er roc, un sommet basaltique de 80m  de haut, culminant à 1813m d'altitude, qui était autrefois, un lieu de culte pour les Guanches

 

Mais les nuages froids qui nous entourent auront raison de nous et de notre équipement inadapté. Apres avoir enfilé les seuls vêtements qui pouvaient nous apporter un peu de chaleur (les lycras de plongée que nous avions emmené, ne pensant pas avoir besoin de pulls...) nous ferons  1km avant de rebrousser chemin, transits.

  

Direction Tejeda (44km de Las palmas).  Nous passerons aussi devant Le Rocher Roque Bentayga, site naturel de grande particularité qui fut aussi un lieu sacré pour les aborigènes, qui y faisaient des offrandes et y rendaient culte aux dieux.

Tejeda est un joli petit village en hauteur, avec quelques restaurants, et une pâtisserie fameuse dans toute l'ile pour ses spécialités aux amandes. Le bienmesabe (sorte de marmelade à base d’amande) et les massepains en sont de bons exemples. Ces deux confiseries sont élaborées avec l’amande broyée et, dans le cas du bienmesabe, c’est devenu l’un des accompagnements traditionnels des desserts glacés.

Vue imprenable sur les alentours...

    

Nous essaierons de visiter le Complexe Archéologique d’Acusa, un des ensembles archéologiques les plus importants de la région, constitué de grottes servant d’habitations ou de grottes funéraires, une visite par les Grottes de Caballero, zone de refuge des bergers aborigènes, mais sans parvenir à le trouver malgre les explications de l'office de tourisme local. Etait ce fermé? Cette recherche nous amènera à un petit village (de 4 ou 5 maisons) au pied du rocher de Bentayga avec une grande pensée pour Pitou en voyant un four de potier local...

Repas à Artenara, où nous découvrirons, dans un restaurant tenu par 2 petites dames très gentilles, un ajo blanco à tomber!!! Il s'agit d'une sorte de crème un peu épaisse obtenue en battant de l'huile d'olive, du lait et des mandes, avec de l'ail.... un pur délice!

Retour vers un plancher plus bas, en prenant la route qui mène à Galdar. Détour pour aller à Agaete, où se trouvait un rocher nommé le Doigt de Dieu, tombé en 2005. Petite promenade sur le puerto de la nieves et au bord de la plage, avec vue imprenable sur les falaises, en direction du sud de l'ouest de l'île

.

Direction Las Palmas, nous passerons par les piscines naturelles qui longent la côte nord, vers Galdar. Il nous sera impossible de visiter la fameuse cuvas pintada (traduite en cave de la pintade par Gael... lol) ni le Cenebio de Valeron, qui seront fermés. Aussi appelé monastère de las Cuevas, le cenobio est situé sur la côte nord de l'île de Grande Canarie. Sa construction  date de l'âge de pierre et il a été reconnu comme une des pièces architectoniques les plus importante de l'île.

En total, il y a plus de 298 grottes. D'où viennent ces grottes et ou sont-elles? Beaucoup de gens croient que le monastère était l'endroit où les jeunes filles se préparaient pour le mariage. En son intérieur, on y pratiquait des exercices spirituels...D'autres pensent que ces grottes étaient utilisées comme greniers. Dommage donc!

Idem coté piscines... drapeau rouge donc pas de baignade. Passage par arucas, qui a une magnifique église  de 1909,et une montagne, sur laquelle nous grimperons avant de rejoindre la plage nord de Las Palmas.

Repas au coucher de soleil, en cédant aux enfants.... qui réclament un Bruger king depuis très longtemps...

Nous retrouvons, le lendemain, Siminoe.

Pendant ce temps, Géraldine et Henri, ont fait la connaissance de Guiseppe, qui tient un restaurant en face du mouillage.. Plus de cuisinier dans le restau, alors le soir, nous cuisinerons... Excellent soirée dons, avec expérience en cuisine à rajouter à notre CV (au menu, tortilla pour les enfants et pasta al Vongole). Dégustation de (trop) nombreux vins....

    

 Visite le jour suivant de centre historique de Las palmas, avec la maison de Christophe Colomb, en compagnie de BABA.

    

Cet édifice est superbe, avec des portes décorées, de magnifiques balcons treillissés, de grandes cours et des plafonds en bois sculptés représentant les nombreux aspects de l’architecture de l’île. Ce palais fut la résidence du premier gouverneur de l’île, et on dit que Christophe Colomb y a séjourné en 1492, pendant qu’un de ses navires était en cours de réparation, d’où le nom de Casa de Colón (la Maison de Colomb).  Y Sont exposés des artefacts précolombiens, des maquettes de bateau, une réplique d'une cabine de La Niña, un navire de la flotte de Colomb, des instruments de navigation, des cartes et des graphiques nautiques, des peintures ainsi que de nombreux autres artefacts ayant trait aux voyages effectués par le célèbre navigateur, à l'histoire des Canaries et à leur relation avec les Amériques.

Voilà en bref pour Gran canaria. Départ demain, le 21/10 pour Tenerife...

Publié le 20/10/2015 10:42  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Article Ouest France Octobre  -  par Gayel

Et en prime, le dernier d'Octobre.  Bonne lecture même si la fin de cet article n'est pas trés bien scanné.

Publié le 17/10/2015 14:21  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Article Ouest France Septembre  -  par Gayel

Voici l'article  Ouest France du mois de Septembre sur les peripeties de Tsaelou... un peu en retard 

Publié le 17/10/2015 14:21  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
coucou de la terre  -  par denis

Salut les amis,

A continuer comme ça vous seriez rentré avant d'avoir pû vous envoyer un petit message de ce coté de la voie lactée.

je vous attendais plutôt du coté du sud caraibes, ah mes enfants que d'histoire de flibuste ai-je à vous narrer...

bref vous prenez le temps et c'est ce qu'il faut.

les communications avec les moyens de votre civilisation étant ce qu'elles sont,j'éprouve quelques difficultés à rester connecté.

Je vous embrasses tous et vous dit à bientôt sur cette page.

Jah Rastafari.

Guidance and Protection.

Publié le 11/10/2015 15:32  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
nouveauté coin des lecteurs  -  par saskia

Le "coin des lecteurs" évolue un peu....On y rajoute, le coin des poètes: nous y mettrons les créations poètiques des enfants, qui, en étudiant certains poèmes, ont crée les leurs (à la maniére de..)Bonne lecture

Publié le 11/10/2015 11:30  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Fuerteventura  -  par Gayel

Nous arrivons mercredi soir à Gran tarajal (170 places dans le port).

Pour info, prix du port pour Tsaëlou : 16€/ nuit. la capitainerie est un peu loin pour les douches, il n'y a pas de wifi... mais nous arriverons à trouver un réseau ouvert pour nous connecter et skyper avec maman. Sophie était connectée mais sans réponse...dommage.

Jeudi soir, François nous offre un délicieux curry de crevettes à son bord...humm trop bon! Merci!

Gran tarajal ne parait pas aussi touristique que les autres villes de Fuerteventura.  Ce petit village offre une grande plage de sable noir, et quelques jolies peintures murales. Son symbole est la silhouette de "La Punta del Camellito" ainsi nommé après un chameau de montagne-like

    

On met les voiles le vendredi (09/10) pour le sud de l'ile, histoire de profiter des plages de Fuerteventura avant Gran canaria.

Fuerteventura, autrefois appelée Fortaventure ou vent fort en français, est la 2eme île des Canaries par sa taille. Elle  est la plus proche du continent africain distant de 97 kilomètres vers le sud-est, et n'est que sable et mer à l'état pur. Elle est fortement plébiscitée par les touriste et n'offre pas grand intérêt en dehors de ses magnifiques plages.

Vendredi 10/10: nous trouvons un mouillage ouvert devant une grande plage de sable noir, mais, comme il n'y a ni vent, ni houle, il est très tranquille. . Il s'agit de La lajita; 

  

 Restau avec Kiran et Calico (parrillada de poisson, soupe de fruits de mer, tortilla, plateau mixto avec calamars, pimientos del padron etc...) On y goutera également un aliment typique des canaries : le Gofio. Définition wikypedia: Préhispanique, d'origine berbère, consommé par les aborigènes des Canaries, les guanches, comme élément de base de leur régime alimentaire. Le gofio est actuellement très populaire dans toutes les îles Canaries et constitue l'un des symboles essentiels de l'identité canarienne. Les Guanches avaient développé des variantes à base d'orge, de blé er de rhizome de fougère. Par la suite, on a ajouté de nouveaux ingrédients comme le seigle et le maîs. Le gofio est un mélange de fèves grillées et moulues à la pierre, auquel on ajoute une pincée de sel. Au Venezuela, la variante à base de maïs est connue sous le nom de fororo. Pas mal, mais plutôt bourratif..

On terminera la soirée sur le trampoline avec les enfants  à regarder les étoiles. L'eau est aussi constellée de taches de plancton, que l'on prendra pour des poissons...Température à minuit : 23°...

Samedi: pas trop de vent au début de la journée. On décolle vers 10h pour du cabotage le long des côtes, histoire de voir de jolis coins et de trouver un mouillage.

    

Finalement le vent se lève et c'est au près, que nous terminerons cette route, nous conduisant juste au dessus du port de Mojo Jable, en face d'une jolie dune, mais aussi de multiples complexes hôteliers. C'est d'ailleurs monnaie courante depuis que nous avons quitté notre précédent mouillage.

Un epu de plage de sable blanc pour les enfants (histoire de changer..)

 

Enfin, cela nous permettra de bénéficier d'un bon wifi et de regarder un film le soir.

Lors de ce repas, nous goûterons une autre spécialité d'ici (achetée au supermarché à Lanzarote) : L’almogrote est une sorte de sauce fromagère de couleur orangée, dont la texture est proche de celle d'un pâté. Réalisé à partir de fromage sec (généralement de chèvre), spécialité de l'île de La Gomera. Le fromage est mélangé avec des poivrons ou des piments, de l'ail et de l'huile d'olive. Il est le plus souvent consommé étalé sur du pain. C'est fort en gout, épicé... et cela doit donner une haleine de poney!!!

et au fait.. spéciale dédicace à miss coco gingembre, Carine B....

Publié le 11/10/2015 10:34  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Los Lobos  -  par Gayel

Depart le 04/10  pour Los Lobos. Pas trop de vent, et 4h de moteur... par contre cette mer d'huile nous permet de voir un spectacle grandiose : on suit d'abord la trace de 2 baleines( ou 1  baleine et 1 globicéphale) qui sont bientôt rejoint par des centaines de dauphins. A priori une chasse organisée et collective... 1h de jeux avec eux, et quelques vidéos à l'appui.

2 Jours et 4 nuits au mouillage à Los lobos.

L'île s'est formée par volcanisme il y a 7000 ans. Son nom lui fut attribué au xve siècle en référence aux phoques moines (Lobos Marineros en espagnol) qui y vivaient. On peut observer différents types d’euphorbes qui ont toutes un liquide blanc à l’intérieur, mais elles sont toxiques.Très désertique.

Nous sommes accueillis par un Français vivant à Fuerteventura, qui est avec des enfants de l'âge de Titouan. Les enfants vont les chercher et kayak mais ils doivent partir. Ils nous laissent un poisson que le petit garçon avait péché.

    

Les fonds marins sont très riches autour de notre 1er mouillage.  Demoiselles, saupes, carrangues, dorades, rougets et même une raie passent sous le bateau. Nous devons changer de place et nous éloigner un tout petit peu le lendemain car nous sommes sur le corps mort de catamarans promenant des touristes.

Ballade sur l'ile et initiation à la chasse sous marine pour Titouan. Snorkling pour Ewenn. Premiere prise, au premier coup de harpon pour Titouan, qui en ressort tout fier avec un sar; Le jour d'après nous allons au petit village (sans eau, ni elec, 5 maisons à tout casser) qui surplombe un petit lagon ravissant. Malheureusement, après un bain de 30 min dans les eaux de ce lagon pour les enfants, on s'apercevra que le restaurant y jette ses huiles de friture et ses os de poulet (que les enfants étaient très fiers de remonter d'ailleurs!!!) C'est donc puant le graillou que nous irons chercher un meilleur endroit pour nager... La crique d'à coté, semble plus saine, mais en y regardant de plus prés, des 10aines de pneus et déchets jonchent le sol... bref, sous le bateau c'est mieux. Gaël continuera sa pêche avec Henri, et ramèneront 2 beaux rougets délicieux. Le casier nous apportera un gros poulpe, 

Départ le 05/10 pour Gran tarajal, histoire de s'avitailler. 1er port depuis Portimao, en Algarve. Navigation majoritairement sous spi, avec un vent forcissant à l'arrivée. On verra des poissons volants, et Gael, une tortue.

Publié le 09/10/2015 12:05  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Lanzarote  -  par Gayel

Semaine du 27/09 au 03/10: Découverte de Lanzarote. Après avoir déambulé en long en large dans Arrecife, nous louons une voiture (30€ tout inclus) afin d'aborder le Nord de l'ile, avec Siminoe. 

L'ile est vraiment aride. Lanzarote a été le siège d'une des plus longue éruption au monde ; débutant en 1730 à Timanfaya, elle a duré six ans et recouvert de ses laves un quart de la surface de l'ïle.

Nous commençons par Jameos del Agua. Pour l'info pratique, chaque entrée est à 9€ pour les adultes et 4.5 pour les enfants à partir de 6 ans. Nous prenons un pass à 26e pour les adultes donnant accès à Jameos, aux cuevas verdes, au mirador et au parc volcanique de Taminfaya. On suit encore une fois les routes toutes tracées pour touristes.. mais cela donnera un bon aperçu malgré tout.

Après Arrieta, dans la zone qualifiée de Malpais de La Corona, on trouve un tunnel de lave de grande taille qui descend du volcan La Corona, avec parfois plusieurs galeries superposées;

C'est un complexe aménagé  par Cesar Manrique. On y trouve une grotte, à l'intérieur de laquelle, on découvre un lac naturel aux eaux claires et transparentes où vivent plus d’une douzaine d’espèces endémiques comme les célèbres crabes aveugles. On dirait des étoiles mouchetant  le fond rocheux du lac.. L’obscurité de la grotte a provoqué l’absence de pigmentation ce rare spécimen unique au monde, de couleur blanchâtre et d’à peine un centimètre de long. Connus également comme les « jaemitos », ils sont le symbole des Jameos del Agua. 

    

On trouve également une sorte de piscine artificielle aux contours trompeurs... on aurait dit sur les photos une plage naturelle. Nous avons d'ailleurs amené les maillots avec nous, dans l'espoir de se baigner... dommage.

Enfin, un musée interactif sur l'activité volcanique des Canaries termine le site... une bonne occasion pour réviser les volcans avec les enfants et jouer un peu. 

Repas sur arrieta, en face de la mer (pour changer) qui déferle devant le restaurant. Les pieds dans le sable, nous partagerons avec Siminoe une parrillada de poissons, une vieja délicieuse et quelques cervezas.

    

Cuevas verdes ensuite : un petit tronçon  du tunnel entre le volcan et la mer a été aménagé, en 1964, par un artiste local, Jesus Soto: Ainsi, sont nées: Las Cuevas de Los Verdes.

Ce tunnel date de 3.000 à 4.500 ans. Sa longueur reconnue dépasse les 6 km.; et il se poursuit sous la mer sur plusieurs centaines de mètres. Au 17° siècle, le tunnel et les grottes furent utilisés par le Guanches, les anciens habitants de l'île, pour se protéger des chasseurs d'esclaves et des pirates Berbères (d'après A.de La Hoz,un historien local). Aujourd'hui seul 1km se visite. Le clou du spectacle est constitué par une illusion d'optique du plus bel effet. Un petit lac de 10 cm de profondeur reflète le haut de la grotte et donne l'impression d'un vide de 20 m.

Nous continuons, direction Nord et le mirador del Rio, construit en bordure des  falaises de Famara au 16° siècle, surplombe la mer de 479 mètres; il donne une vue imprenable sur l'île volcanique de Graciosa et ses récents cônes de scories.

Il s'agit d'une construction toute ronde en chaux blanche, avec une immense salle de reception au rez de chaussé, où figure une enorme cheminée. On y ferait bien sa maison, en verité!

  

Beaucoup d'informations sur Lanzarote et ses volcans, sur http://www.earth-of-fire.com/

Petite photo de groupe au mirador (merci Siminoe!!)

Les vignobles, sont aussi typiques sur Lanzarote, et la culture du vin date du XVeme siécle.Avec la découverte de l'Amérique, sa culture s'est intensifiée pour approvisionner les flottes. Mais l'île de Lanzarote ne possédait pas de bonnes conditions de culture à cause des alizés et des faibles pluies. C'est pour cette raison que les paysans développèrent une technique de culture unique en son genre : ils découvrirent que le sable noir (volcanique) combiné à un muret de pierre volcanique (destiné à protéger les vignes du vent) entraînait des effets bénéfiques sur la croissance des vignes. En fait, ce mode de culture possède une fonction thermorégulatrice qui préserve l'humidité de la terre et permet une bonne croissance des plantations. Cette technique donne la possibilité d'appliquer un processus artisanal, depuis la plantation jusqu'à la récolte du raisin. Cela donne de jolis paysages également:

Nous terminerons pas la plage bien connue des surfeurs, Famara, sous coucher de soleil... trop beau. 

Nous louons une autre voiture le vendredi suivant afin de poursuivre notre découverte de l'ile, du sud cette fois.

C'est l'occasion d'aller au parc de Timanfaya, ou montagnes de feu.

Tout au long de Timanfaya, se produisent ce que les vulcanologues appellent des «anomalies géothermiques », cela signifie que se produisent des températures inhabituelles à la surface provenant du sous-sol.
À l’intérieur du Parc National, il existe un parcours d’environ 14 kilomètres aménagé pour sa visite, dénommée « La Route des Volcans ». Dommage que cette visite se fasse en bus...1h commentée en anglais, espagnol et allemand mais avec une mauvaise acoustique. Nous en retiendrons un décors très coloré et diversifié (des pentes de sable fin côtoient des rocs abruptes et des cratères profonds) où la vie est impossible(tres peu de plantes également)

Des buissons sont utilisés par les employés du parc pour mettre en évidence la grande température du sol près deIslote de Hilario, où se trouve le restaurant El Diablo. Les branchages enfoncés dans un trou dans le sol s'enflamment immédiatement.

Une autre démonstration impressionnante est faite aux touristes en versant le contenu d'un seau d'eau dans un tuyau enfoncé verticalement dans le sol. Comme la croûte terrestre atteint à peine deux mètres à cet endroit et qu'en dessous la température dépasse 400 °C, l'eau est éjectée violemment du sol sous forme d'une fontaine de vapeur. À l'ouest du cratère principal des Montaña del Fuego la température atteint 700 °C à une profondeur de 27 mètres. C'est près de cet endroit que l'artiste et architecte César Manrique a fait construire le restaurant panoramique El Diablo (Le Diable) qui utilise un grill situé au-dessus d'une cheminée volcanique, dans lequel nous nous arreterons afin de gouter du poulet grillé par les entrailles de la terre....

Un peu plus loin, en sortant, une ballade à la queue leu leu en chameaux (à 1 bosse, typiques d'ici à priori) est proposée. On se contentera de prendre une photo 

Direction ensuite les plages... un peu de fraicheur après cette fournaise...Plage de sable noir en 1er avec El Golfo. Encore un  paysage époustouflant et riche en couleurs... 

   

Située une bonne centaine de mètres au sud du village, la lagune verte appelée Charco verde,  est une des curiosités les plus visitées de Lanzarote. La couleur verte de la lagune s'explique par la présence en grande quantité d'organismes végétaux en suspension et par la salinité très élevée de l'eau. Elle dépasse celle de la Mer Morte mais nous ne pourrons nous y baigner.

La lagune, longue de 150 m, est coincée entre une plage de sable noir et des falaises noires, rouges et jaunes d'un volcan dont la moitié du cratère est engloutie dans l'océan. Le site est superbe autant par la nature des éléments que par leurs couleurs surtout un peu avant le coucher de soleil.

Petite baignade dans la mer et ramassage de quelques olivines, pierres semi-précieuses que l'on trouve dans le sable noir de la plage.

Apres le noir, le blanc... Et nous reprenons la route pour El Papagayo, une plage aux eaux transparentes, en forme de conque dans un environnement presque sauvage et protégée du vent .

El papa Gayel se baigne à El papagayo (lol)

Des salines se trouvent également au Sud de l'îl (salines du Janubio). Ce sont les plus grands marais salants des iles Canaries, qui étaient auparavant des champs de blé et de maïs. L'éventail de couleurs proposé est impressionnant et varie en plus en fonction du temps et du moment de la journée. 

Retour au bercail. Le lendemain, pêche au poulpe, et tapas le soir. Bref... trop dur encore une fois!

Publié le 04/10/2015 15:25  - 1 commentaire 1 commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Graciosa-lanzarote  -  par Gayel

Le soir du 21/09, un grain se profile à l'horizon et le ciel est zébré d'éclairs... Cela engendre un vent refusant et nous devions de 20° par rapport à la route prévue.

 

 

 

Mardi 22/09

L'ile de Graciosa se profile à l'horizon. Saskia, en quart, décide de remettre les lignes de traîne. Titouan est réveillé. A peine la ligne trempée dans l'eau (celle avec les leurre porte chance que nous avait offert Jean-pierre) qu'une forte résistance se fait sentir... et Saskia essaye de remonter un ENORME daurade coryphène... Obligée de réveiller Gaël pour l'aider à sortir cette prise exceptionnelle!!! Elle nous permettra de partager plus de 30 repas avec nos amis....

Un petit passager clandestin, bien fatigué vient s'abriter sur le bateau...Il restera jusqu'à l'arrivée à Graciosa. 

 Arrivée 12h30 et baignade instantanée, puis petite ballade pour Sankiki, qui n'était pas sorti depuis longtemps. 

 

 

Descente en PMT vers plage. repas sur Kiran avec daurade coryphéne en carpaccio et bonite au lait coco, médoc dans des vrais verres à pieds, et café Nespresso,s'il vous plait! Un vrai luxe cette soirée face aux étoiles.

Mercredi 23/09 : devoirs le matin + virée en "ville" en annexe. Nous rencontrons l'équipage de Siminoé qui arrivent ce matin du Maroc, les enfants restent à jouer sur Siminoé, pendant que nous allons faire un peu d'avitaillement et prendre un verre...

.Un pécheur nous offre un sac de poisson pendant que nous abusons de son tuyau pour faire le plein d'eau dans la vache à eau de 100L dans l'annexe.

Le village est trés beau (avec un petit coté "réglement de comptes à ok Coral) : petites maisons blanches aux toits plats et volets bleus posées sur les dunes. Ici c'est l'une des rares iles européenne qui ne connait la l'asphalte, les routes et rues sont des chemins de sable. Magnifique et très dépaysant. Après un petit verre en terrasse, nous effectuons quelques courses, notamment à la ferreteria où on trouve le verre de la lampe à pétrole et visite du plus petit musé du monde ChiniJo (du nom de l'archipel de 3 iles qui contient Graciosa). Après distribution dans tout le mouillage des poissons offerts, les enfants reviennent jouer à bord (A 5 ça déménage pas mal..!).

    

Vue le nombre de bateaux copains réunis, nous organisons un barbecue sur la plage, avec au menu Dorade Coryphène grillée, boulgour, Salade de Riz, et patates douces. Nous en profitons pour convier et découvrir d'autres confères de mouillage : Igor le Serbo/Suédois qui vit seul de puis 7 ans aux Canaries sur un mono de 8m et Tony un anglais qui descend en Nouvelle Zélande en solo sur un mini 6.50 de sa conception....

       

Jeudi 24/09 : Grasse matinée, Devoirs, relevage de nos casiers (Bredouille cette fois, on verra demain !!!), après midi plage et snorkling sur la petite plage de nudistes que nous avons envahis pour l'occasion, au pied du volcan. Soirée off tranquilles tous les 4.

Vendredi : Encore bredouille pour nos Casiers, Igor le Suédois local nous donne quelques bon coins à visiter à moindre frais sur les iles, les mouillages sympa, les courant et venturis à éviter. Les enfants de Siminoé sont à bord ce sera après midi cinéma pour la troupe des 5, et guitare pour Saskia et Géraldine pendant que les ados (Gaël et Henri) s'amusent à essayer de faire du Wakeboard sur la planche de Kite tracté par l'annexe et son pauvre 9cv.. après avoir changé d'hélice, cassé puis réparé la barre de traction, Henri arrive à sortir de l'eau et Gaël réussi un super run.. bref bon délire avec courbatures pendant 2 jours.. Apéro sur Tsaélou avec Siminoé et Calico. Demain départ à 4 bateaux pour l'ancien port de Arrecife, capitale de l'Ile de Lanzarote.

Samedi 25/9 : Le départ officiel et donné à 10h30. Après quelques bords de prés serré entre Graciosa et Lanzarote, nous virons en tête pour l'abattée vers Arrecife. Kiran, puis Calico nous talonnent. Au loin l'immense GV de l'Outremer 45 Siminoé semble déjà fondre sur nous. Nous envoyons le spi, pour cette régate improvisée. Finalement Calico un moment distancé effectue une belle remontée mais rate son affalée et reste derrière nous, de même pour Siminoé qui nous aurai passé si le port avait été 1 mile plus loin. Bref une super arrivé quasi simultanée sur la bouée Est du port de Naos. François en solo sur Kiran arrivera peu après.

   

La partie de prise de mouillage et un grand moment et nous occupe tous 2 heures. Calico et Siminoé labourent bien le fond de pierres du port. Quand à nous notre mouillage accroche du 1er coup, mais reste fébrile après vérification. Nous plongeons pour sillonner le port à la recherche des anciens corps morts comme indiqué par Victor. Aprés une breve balade en ville où tout est quasiment fermé en cette fin de samedi après midi, nous effectuons quelques courses avant d'aller honorer la plaisante invitation sur Kiran où nous nous retrouvons tous, après avoir laissé les 5 enfants sur Siminoé devant film et plat de pattes. Bref tout le monde est heureux. !!

Dimanche 26/9 : Devoirs matinaux, mise à jour du site qui est débuggé. Après midi (15h30 heure Espagnole oblige, ou rhum de la veille..) on part se balader en direction du nouveau port où arrive en ce moment même la mini Transat. Nous allons bien sûr à la rencontre de Tanguy Leturquais qui n'est autre que le fils de l'ancien propriétaire de Tsaëlou.

Nous allons le féliciter pour sa superbe 2nde place sur cette première étape du classement série, et surtout lui proposer un bon lit douillet dans son ancien bateau pour changer un peu du mini humide. Sa dulcinée nous a devancé et lui a fait aussi la surprise de le rejoindre et de réserver une chambre d'hôtel... on ne peu pas lutter. Mais bon le barbecue à bord et planifié pour les jours qui viennent. Ensuite balade en annexe dans le superbe petit lac de "Charco San Gines",

puis piscine et farniente au magnifique  Real Club Nautico dont notre arrivée en annexe à feinté le vigile de l'entré (normally c'est réservé aux membres)... ils nous offrent ainsi en plus le Wifi en live au bateau... merci.

Publié le 04/10/2015 12:44  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Coucou les chanceux  -  par blanchet

Coucou les marinsl

Un petit message de la famille Blanchet pour vous dire que  nous sommes heureux de voir que tout se passe bien! Ici, tout va bien enfin tout va mieux car il m'a fallu m'habituer à ces petites têtes blondes de  2 à 4 ans, cette nouvelle école que je ne connaissais qu'en tant que maman et amicaliste mais maintenant cap sur la réussite de ces petits bouts d hommes et de femmes en devenir ! Lilian fidèle à lui-même!!! Flavien et bien durdur de changer d'école pour lui ( plus de copains, plus de repères) et en plus sa mère est dans la cour mais pas rien que pour lui!!! Mais lui aussi, fort heureusement au bout de 3 semaines, il s'est adapté! Damien, quant à lui, prépare déjà la saison prochaine. Lilian veut dire à Titouan que ses copains ne l'oublient pas, ils pensent à lui. Lilian vous fait de gros bisou. Pour info, si vous allez à Fuerteventura, il y a au nord de l'île un resto français tenu par un marseillais qui s'appelle la Vaca Azul, c'est excellent et typique, les poissons sont un délice.  e   

Nous vous embrassons chaleureusement tous les 4.

A bientôt SYLVIE DAMIEN LILIAN FLAVIENk 

Publié le 30/09/2015 19:28  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 4 pages suivantesSuivantFin
Rubriques

Fermer Activité du site

Fermer Presse

Fermer Transat Retour

Fermer Messages Amis

Fermer BVI et grandes antilles

Fermer Antilles

Fermer Traversée Atlantique

Fermer Archipel du cap vert

Fermer Canaries

Fermer Archipel-de-Madere

Fermer Portugal

Fermer Archipel des Açores

Fermer Espagne

Fermer Préparatifs

Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
10-2018 Novembre 2018 12-2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

 
Vous êtes ici :   Accueil » News
 
 
Recherche
 
Document généré en 0.04 seconde